POUR UN SOURIRE D’ENFANT

Je crois que c’est le voyage qui m’a le plus marqué, le plus touché, celui qui m’a fait le plus cogiter à mon retour.
Il faut dire que des pays pauvres je n’en ai pas vu énormément alors forcement, ça marque un petit peu.

Tout à commencé il y a quelques mois quand j’ai reçu un mail me proposant de m’engager en temps qu’ambassadrice auprès de PSE l’association montée par Marie France Des Pallières.
Je vous en parlais ici.

Quel est mon rôle dans tout ça ?
En tant qu’Ambassadrice, j’ai accepté de donner de mon temps bénévolement, l’espace de quelques jours, pour partir à la découverte de cette association, au cœur même de sa création à Phnom Penh. Un voyage de presse organisé avec les équipes PSE France et Cambodge, avec 4 autres influenceuses, Patrice Leconte, Le Figaro et Version Femina.

Nous étions logés au centre même de PSE avec certains élèves qui y sont scolarisés. Nous avons passé pas mal de temps dans l’école pour mieux comprendre le fonctionnement de la fondation, les formations qui y sont proposées et tous les espaces dédiés. PSE ce n’est pas juste une école, c’est une énorme structure qui compte plus de 600 salariés au Cambodge : professeurs, formateurs, médecins, psychologues, assistants sociaux, informaticiens, techniciens de maintenance, employés administratifs, personnel de cuisine,… ainsi qu’une centaine de personnes issues de ses familles en emploi social.

Que fait PSE ?
Pour un Sourire d’Enfant (PSE) a pour mission de sortir les enfants de l’extrême misère et de les conduire à un métier qualifié, digne et correctement rémunéré.

L’enfant doit se construire à la fois au niveau de la santé physique et psychologique et du point de vue de l’éducation. Leur mission est qu’il devienne un adulte équilibré et autonome, socialement et professionnellement. Le parrainage d’enfant(s) est une ressource privilégiée et pérenne pour y parvenir.

Pour cela, six programmes principaux – adaptés aux besoins des enfants – ont été développés : nourrir, soigner, protéger, éduquer/scolariser, former à un métier, aider les familles.

 

 

Mon rôle sur place ?
J’ai suivi le parcours des enfants, de leur vie d’avant dans les bidonvilles jusqu’à leur indépendance dans la vie active.

« De la misère à un métier » c’est tout ça que j’ai découvert.

J’ai volontairement choisi de vous montrer des images d’enfants joyeux, par respect pour eux et leur famille je n’ai pas photographié de portraits dans les bidonvilles, ou alors de loin.

Pour résumer le parcours il y a d’abord des équipes sociales qui parcourent les bidonvilles et les rues pour essayer de « sauver » quelques enfants. Les sauver de la misère, de la violence, de l’abus sexuel, de la drogue….
 Ce qu’il faut savoir c’est que quand PSE « récupère » un enfant, l’association récupère TOUTE LA FAMILLE, c’est à dire les frères et sœurs, et parfois la maman à qui l’on va trouver un travail dans l’association.

Ce qu’il faut savoir aussi c’est que parfois la famille refuse de laisser son enfant parce qu’il gagne mieux sa vie à faire la manche auprès des touristes. (par exemple)
Pour ce manque à gagner important pour sa famille il existe tout de même une compensation en riz. Chaque vendredi, 7 tonnes du riz sont distribués aux familles des enfants de PSE.

Enfin, quand une famille est prise en charge, il y a plusieurs niveau « d’aide » suivant le situation.
Certains enfant maltraités seront logés et nourris, voir même carrément enlevés à leur parent.
D’autres enfants seront juste pris en charge la journée, ceux-là devront parfois prendre le bus à 4h du matin pour pouvoir faire le trajet jusqu’au centre. C’est très difficile.

PSE assure également un suivi médical pour toute la famille accueillie. Une nurserie type PMI pour les mamans et les bébés fait partie du centre pour venir en aide aux nouveaux nés. Mais également un centre d’accueil spécialisé pour les enfants avec différents stades de Handicap.

Une journée type ?
Le petit-déjeuner est servi à 6 h, et à 6 h 30, ils font du sport, prennent la douche et sont prêts à 7 h 30 pour le lever du drapeau. Les plus grands partiront dans leurs cours de formation professionnelle, et les plus petits en classe. Le déjeuner est servi dans la cantine à 12 h 30. L’après-midi, les enfants retournent en classe jusqu’à 17 h 30. Puis ils font leurs devoirs ou vont à leurs activités du soir : danse, foot, boxe, musique et beaucoup d’autres. 

Les chiffres

  • 4500 anciens avec un emploi digne et correctement rémunéré
  • 20 filières de formation professionnelle
  • Plus de 6000 enfants pris en charge chaque année
  • 6000 repas quotidiens
  • 1500 consultations médicales par semaine

 

Ce voyage m’a touché en plein cœur. En temps que maman il est difficile de ne pas craquer, surtout quand tous les enfants vous tendent les bras pour être câlinés. Je n’oublierais jamais leur regard qui me dit « prends moi ».

Ce voyage était bouleversant et je suis extrêmement fière d’avoir été choisie pour y participer.
Je tiens aussi à préciser à nouveau, suite à des commentaires désobligeant sur instagram que ce voyage n’était pas rémunéré, que j’ai pris une semaine de mon temps de travail pour y aller. L’association a en effet « déboursé » des sous pour nous emmener mais c’est une très belle opération de communication pour eux. Cela leur coute moins cher de nous payer des billets d’avion que de faire une pub TV.
Le but étant bien évidemment pour eux de trouver de nouveaux parrainages.

Enfin, je tiens à remercier toutes les personnes qui m’ont suivi et soutenu pendant ce voyage, bien évidemment l’agence en charge du voyage, Nessim et Laurine du Bureau de Com, puis Marie-France des Pallières, fondatrice de PSE. Merci également à Martin de Roquefeuil, Thierry Riga et Samuel Cappe pour leur accompagnement et leurs sourires.

 

PARRAINER UN ENFANT

Pour prendre en charge un enfant, votre soutien dans la durée, est indispensable : c’est le parrainage d’un enfant.

Votre parrainage peut être arrêté à tout moment et son montant est libre, car chaque euro compte !

Toutes les informations pour aider et parrainer sont ici

Sachez que si vous êtes un particulier et imposable, vous pouvez déduire de vos impôts 66 % de votre don (dans la limite de 20 % de vos revenus imposables). Le parrainage de référence est de 47 € par mois (15,98 € après déduction fiscale) soit 0,52 €/jour si vous êtes imposable. Ce n’est rien pour la plupart d’entre nous, mais ce don fait toute la différence pour les enfants et leurs familles.

L’ensemble des parrainages permet de prendre en charge plus de 6 500 enfants !

A lire également l’article de Vivianne.

Voilà, merci de m’avoir lu jusqu’ici. Je vous embrasse
Eve

5 Comments

  • Répondre mars 11, 2019

    Vivianne Oz

    Très beau! Tes photos sont magnifiques. Bisous Eve, et à des nouvelles aventures ensemble.
    Vivianne

    [Reply]

  • Répondre mars 11, 2019

    Odile

    Trés beau reportage avec comme d’habitude de belles photos.Une bien belle action.

    [Reply]

  • Répondre mars 12, 2019

    Audrey

    Je viens de valider le parrainage d’un enfant. Je n’aurais jamais connu l’asso sans votre voyage et vos posts… Quoiqu’en disent les mauvaises langues, c’est grâce à vous!

    [Reply]

  • Répondre mars 14, 2019

    Emilie

    Très belle démarche,
    C’est vrai qu’il est important de mettre en avant ces associations.

    [Reply]

  • Répondre mars 15, 2019

    FERNANDES Florie

    Bonjour, c’est une si belle association et une belle action que vous avez entrepris.
    Savez vous comment fonctionne la nurserie PMI? est-ce qu’il y a des bénévoles?
    Je suis moi même infirmière puéricultrice de PMI et j’aurais aimé avoir des d’informations.
    Merci pour votre retour
    Florie

    [Reply]

Leave a Reply

Notify via Email Only if someone replies to My Comment