ET PUIS NE RIEN FAIRE

J’ai passé des années à courir après le temps. Des soirées à bosser, à écrire, à retoucher, à créer, à bloguer… J’ai passé des week-ends entier sans faire une pause, parce que j’avais un livre à rendre, parce que j’avais la pinata Star Wars à faire pour la super party de Marius, parce que j’avais envie de créer, d’inventer… J’ai aimé faire tout ça et je l’ai bien voulu heureusement, car c’était aussi mon échappatoire du boulot. Je prenais tellement plus de plaisir à faire un printable de rentrée des classes qu’une pub pour Oasis. Mais je ne prenais plus le temps pour moi, pour ne rien faire. Je ne me rendais même pas compte à quel point j’étais épuisée. Bien sur j’étais là pour les enfants, je faisais mille et une activités pour les occuper mais je ne m’arrêtais tellement jamais que je les ai mal habitué. « Maman on fait quoi comme activité ? »
Je n’ai jamais appris à m’asseoir et à ne rien faire, s’allonger et faire une sieste sont des mots inconnus chez mes parents. Prendre des vacances ? mais pourquoi faire ? Depuis que je suis en freelance et que mon emploi du temps s’est un peu allégé, je commence enfin à prendre du temps pour moi, pour eux, pour mon chéri, pour nous… du temps « calme » à ne rien faire. J’essaie même de leur apprendre l’ennui, ahah l’ennui chez l’enfant, tout un art !!! Il y a du boulot ! Depuis janvier je suis aussi avec les enfants le mercredi et ce temps nouveau passé avec eux a littéralement révolutionné notre façon de vivre. Etre là le soir disponible à 18H00 pour faire à manger, c’est aussi un peu la révolution pour moi !
J’ignore encore si je resterai en free longtemps, mais pour le moment j’avance, je savoure et profite de ce temps retrouvé avec les miens. Ce week-end nous n’avons rien fait. J’avais pourtant fait une liste comme à son habitude. Et puis non. Même que j’ai à peine sorti mon appareil photo pour une fois. Dans ma tête je me disais « mais fais quelque chose tu as mille chose à faire, tu dois peindre le mur de Louison, et la chambre de Marlo à terminer !!! Je culpabilisais d’être assise là à lire un magazine pendant que les enfants jouaient, je culpabilisais de les regarder rire et sauter sur le canapé. C’est dommage, c’est pourtant si bon !!!
Alors je le referais encore, il n’est pas trop tard pour les regarder grandir ! Car après ces années folles, nous avions vraiment besoin de ce temps calme en famille.

Je vous embrasse

Eve

 

5 Comments

  • Répondre septembre 25, 2018

    bredele

    Alors toi aussi tu es humaine ?! tu as décris ma vie en qq mot arfff je souris quand je te lis. C’était pareil chez mes parents qui étaient leur propre patron et qui faisaient au bas mot leur 50-60h par semaine. Et ne rien faire n’était pas une option, c’est mon héritage. Et en même temps, à 40 ans, enfin je réussi un peu à m’en défaire de cette  »obligation » de toujours faire qq chose, sous peine d’être considérée comme une paresseuse. C’est lourd ça !
    En tout cas je SAVOURE les moments passés avec mes chéris (petits et grands)

    [Reply]

  • Répondre septembre 25, 2018

    odile

    Vous avez bien raison, profitez de votre adorable famille.

    [Reply]

  • Répondre septembre 26, 2018

    virgie06

    ❤❤❤

    [Reply]

  • Répondre septembre 28, 2018

    Les Petites M

    Je crois qu’on arrive toutes au même constat…
    Je me bats avec Monsieur pour ne pas surcharger les agendas du week-end… Et se laisser porter…. exercice encore parfois difficile…
    Bisous et bon week-end!
    Marion

    [Reply]

  • Je suis un peu (beaucoup) comme toi : toujours à plannifier, faire des listes interminables, me créer des to-do à rallonge, me lancer dans de nouveaux projets. Et puis, je commence à apprécier de lâcher du lest parfois aussi. Ça a du bon … Mais on ne se refait pas, je replonge souvent rapidement … ;-)

    [Reply]

Leave a Reply

Notify via Email Only if someone replies to My Comment