ENCORE UN PEU DE TOI

Ma mère n’a pas eu de congé de maternité. Travaillant à la ferme elle n’avait pas le choix, et elle était déjà dans l’étable alors que je n’avais que quelques jours…et accessoirement 2 frères et une sœur un peu plus vieux que moi.
Alors quand j’ai eu Marius et qu’il a fallu reprendre le chemin du travail alors qu’il n’avait que 2 mois et demi, j’ai trouvé ça normal. C’est le jeu ma pauvre lucette, enfin c’est la loi française et puis c’est tout.
Puis, 19 mois plus tard Louison est arrivée, rebelote madame, il a fallu reprendre le boulot au bout de 16 semaines comme tout le monde. Mais c’était dur cette deuxième reprise, car j’étais fatiguée, un peu plus que pour Marius. J’avais 2 enfants proches, 2 heures de transport par jour et je n’avais plus de lait à cause de la fatigue. L’arrêt de l’allaitement fut un déchirement…mais encore une fois, c’était comme ça et puis c’est tout, tu fais avec sans trop réfléchir. Tu as de la chance comparé à ta mère, souviens toi !!
Et puis 6 ans plus tard Marlo est là.
J’ai réalisé aujourd’hui que j’aurais du reprendre le travail cette semaine. Mais pourquoi ? il est trop petit non ? il est né hier !!!
Comme c’est mon troisième enfant, j’ai la chance de pouvoir le garder un peu plus longtemps. Je dis chance car je compare à ses ainés. Mais si je compare aux pays nordiques, ce n’est pas vraiment une chance. On prône l’allaitement mais on ne nous donne pas vraiment les moyens de le faire complétement.
Bref, je ne sais pas si c’est du à mon âge, à mon expérience, ou si c’est parce que je sais que Marlo sera le dernier mais je ne me vois pas reprendre le chemin du travail demain et le laisser. Alors je savoure ces derniers instants, consciente que le jour J approche. Je n’ai pas les moyens de prendre un congé parental en plus ni même un mi temps. A quelques semaines de reprendre le travail je profite de ces quelques semaines qui mes ont offertes en plus. De toute manière je ne suis pas faite pour être mère au foyer, j’aime être chez moi avec les enfants mais j’aime oser bouger et voir du monde. Alors, en attendant la situation idéale, et un travail à mi temps j’apprécie le temps qui m’est donné avec lui.

J’ai lu tous les messages sur ma dernière photo instagram et je souhaite bon courage à toutes ces mamans qui ont du laisser leur enfant en garde un peu trop tôt. Même si pour certaines c’est un choix pour d’autres c’est un déchirement. Bisous fort à toutes.

Enregistrer

Enregistrer

22 Comments

  • Répondre janvier 24, 2017

    Mybrouhaha

    Profite bien de ces semaines cadeaux! Pour Mona j’ai vécu cette séparation comme un véritable déchirement. Cette semaine d’adaptation est réellement une des pire de ma vie. J’en voulais à la terre entière, au système, au pays… je me suis promis jurée que peu importe les sacrifices, j’allaiterai le 2e jusqu’à 6 mois et que je le garderai au moins jusque là. Je sais que ça va être chaud bouillant. Mais cette année je la vis comme un trésors. Je t’embrasse ma jolie! Profite de ton Marloquin

    [Reply]

  • Répondre janvier 24, 2017

    Virginie

    Qu’elles sont belles ces photos ! Oh oui profite…
    Après mon 3ème j’ai pu reprendre le boulot à 80%, en terminant plus tôt le soir. C’était pas l’idéal non plus parce que j’avais l’impression d’être toujours en retard partout mais au moins je profitais des enfants tous les jours après l’école. Aujourd’hui, j’ai fait un pas de plus en travaillant à la maison et à mon rythme, et je me sens maintenant complètement épanouie.
    L’éternelle question de l’équilibre personnel…et puis le temps, qui nous fait changer, ou avoir besoin de choses différentes à certains moments de vie.
    Bises Eve.

    [Reply]

  • Pour ma première fille j’étais ravie de reprendre le travail, mais c’était la fin de l’année scolaire, et, avec les vacances cumulée avec mon congé mat’ j’avais réussi à grappiller un peu de temps. Pour ce deuxième bébé, prévu pour fin juin c’est différent. Je vais devoir le laisser à moins de 2 mois et demi en crèche collective et j’avoue que l’idée m’attriste, il sera si petit! Mais, comme beaucoup de femme, je n’ai pas le choix et pas les moyens de prendre un congé parentale alors vaille de vaille, on fera avec.
    Profite-bien de ces doux moments avec ton beau Marlo.

    [Reply]

  • Répondre janvier 24, 2017

    Ionis

    Je me retrouve tellement dans ces mots… mes deux premiers avec 16 mois d’écart et 4 ans plus tard le troisième…. je reprends lundi et je veux pas mais pas le choix. Je crois à cet effet du dernier… dernier accouchement. .. dernier allaitement… c’est drôle c’est une naissance et à la fois un deuil. Le deuil de la maternité. Alors oui j’ai beaucoup de chance car j’ai connu ce bonheur 3 fois que j’ai en plus un travail qui me plaît mais si je pouvais faire un voeu je voudrais que lundi n’arrive jamais…..

    [Reply]

    Eve Reply:

    quel jolie texte, merci Ionis, bon courage

    [Reply]

  • Répondre janvier 24, 2017

    Alice

    Profites profites…je pense que tu as en plus la chance de te rendre compte de la valeur de ses moments…ils nous apportent tellement ses petits bouts de vie…malgré la fatigue et parfois le quotidien qui rattrape, ils sont des sources d’inspiration et d’émerveillement…bon niveau congé mat je te suis complètement…rappelons les recommandations OMS 6 mois d’allaitement exclusif..comment faire avec un congé mat de 2 mois et demi…sachant que les deux premiers mois sont essentiel pour la mise en place d’un allaitement sur le long terme…douce soirée à toute ta famille et bon courage pour la suite

    [Reply]

  • Répondre janvier 24, 2017

    Célia

    Bonsoir,
    Pour mon second et dernier, je fus victime de discrimination au retour du travail. Je suis donc revenue chez moi vite vite (hors de question de vivre la mise au placard) et ai repris l’allaitement.
    J’ai alors pu l’allaiter 8 mois.
    Ce qui m’est arrivée au travail est ignoble mais le seul côté positif est que j’ai pu en profiter pour mes enfants. A fond. Et sans stress. C’est drôle parce qu’on n’élève pas du tout le tout dernier comme le tout premier, non?
    Alors courage pour ces derniers moments, je pense savoir que tu les garderas précieusement.
    Célia

    [Reply]

  • Répondre janvier 24, 2017

    JUL

    Reprise pour numéro 1 à dix semaines, j’ai pleuré tous les matins pendant un très long moment. Je ne m’étais pas trop posé de question, je travaillais depuis moins de deux ans, j’étais la première de mes copines à avoir un bébé, et elles sont plus working girls que famille Ingalls, donc personne pour me dire que ça serait dur.
    Numéro 2 est arrivé vite et j’ai su dès le départ que je ne repartirai pas comme avec le premier. Trop de souffrance en y pensant, trop de larmes ravalées.

    Je voudrai ajouter que le congé parental n’est vraiment pas un truc de riche, il y a souvent moins à perdre quand le salaire est bas…. (raison pour laquelle aussi c’est souvent madame qui s’y colle mais c’est encore un autre débat). Le congé parental peut aussi constituer un choix de vie véritable, de vouloir une vie moins confortable financièrement mais plus posée, moins dans la consommation. Pour moi, le choix du congé parental était certes un arbitrage financier (deux enfants en crèche, des frais d’essence importants pour aller travailler et un salaire médiocre, le calcul est vite fait) mais surtout une question de priorité : je ne serai peut être jamais propriétaire d’un logement, mes enfants n’ont pas été super gâtés durant cette période mais le rythme de vie qui a alors été le notre a été très apprécié par toute la famille.

    Profite bien Eve de ton Marloquin, il est toujours à croquer.

    [Reply]

  • Répondre janvier 24, 2017

    Daphné @ Be Frenchie

    C’est vrai; nos petits ont besoin d’autant de temps que nous pour tisser ces liens fondamentaux et découvrir le monde en confiance.

    J’ai eu la chance de pouvoir passer du temps avec chacun de mes garçons mais j’ai aussi compris qu’il était nécessaire, pour eux comme pour moi, d’apprendre aussi à se séparer pour avoir encore plus de plaisir à se retrouver et s’enrichir mutuellement des expériences vécues séparément.

    Profitez bien de ces moments qui n’appartiennent qu’à vous !

    [Reply]

  • Répondre janvier 25, 2017

    DebBrico

    Comme toi, pour le premier je ne me suis pas posée de questions… c’était comme ça.
    Pour sa soeur j’ai rajouté deux semaines de cp, pour la laissé à 3 mois… cap symbolique.
    Si un jour j’ai un troisième, comme toi j’envisagerai les choses differemment..

    [Reply]

  • Répondre janvier 25, 2017

    Camille

    Je souhaiterais apporter un point de vue différent: je fais partie des mères qui ont trouvé que 16 semaines a la maison c’est vraiment très long et j’ai été heureuse (le mot est faible) de reprendre le travail. C’est à ce moment la que j’ai pu peu à peu trouver un rythme. Si j’avais pu reprendre un peu plus tôt, je l’aurai probablement fait. Evidemment j’ai connu les galères pour faire garder ma fille (système D pendant plusieurs mois avec ma mère et une baby-sitter puis crèche à 8 mois). J’aurais apprécié de pouvoir donner des jours de mon congé maternité au papa, comme c’est le cas dans certains pays nordiques.
    Je dois dire que j’ai été un peu choquée par les commentaires sous le post instagram… je ne crois pas que toutes les mères souhaitent un congé maternité plus long. Il y en a même qui choisissent de prendre un congé plus court :-)

    [Reply]

    Nanou Reply:

    Comme je me retrouve dans ton écrit.
    Mon fils est né fin mars 2016, mon congé maternité s’est terminé fin juin.
    Nous avons et l’immense chance d’obtenir une place en crèche mais pas avant septembre.
    Finalement, j’ai été en arrêt maladie en juillet et en congés annuels en août.
    J’ai tellement mal vécu le mois de juin (Mini dépression post partum, météo qui m’empêchait de sortir …) que si on m’avait proposé de reprendre le boulot, malgré la fatigue j’aurais dit oui !
    Finalement, tout est rentré dans l’ordre et j’ai pu reprendre le chemin du bureau sereinement.
    Maintenant, je le dis que j’ai eu la chance de rester avec mon fils pendant 5 mois mais cette expérience n’a fait que confirmer que je ne suis pas faite pour rester à la maison.

    [Reply]

  • Répondre janvier 25, 2017

    Alicia

    Profite de tes dernières semaines à chouchouter ton joli bébé :)
    De mon côté, c’est le jour où j’aurais dû reprendre le travail (et les allers-retours en train Lille/Paris) après la naissance de ma fille que j’ai décidé que la vie en agence n’était décidément plus pour moi. La suite, tu la connais : du freelance, un temps partiel chez l’annonceur, puis finalement le freelance à temps plein depuis un peu plus de 3 ans. Je crois que j’ai trouvé mon rythme parfait, me permettant d’être une maman présente et de faire le job qui me plaît. Je te souhaite de rapidement trouver ton équilibre.
    Des bises !

    [Reply]

  • Répondre janvier 25, 2017

    emilie

    Oui c’est un déchirement tu as tellement raison… Pour mes 2 filles, j’ai pu profiter de quelques semaines en plus grâce à mon médecin (une femme!) qui est pro-allaitement et très à l’écoute. Je sais que ce n’est pas un congé allaitement à proprement parler mais certains médecins sont assez ouverts là-dessus et bidouillent un peu. Je me rappelle d’une amie qui à l’approche de la reprise, m’avait dit être prête à se jeter dans ses escaliers pour se casser un bras et rester avec son bébé. C’est dire où en arrive…
    J’espère que tu pourras trouver une solution qui vous conviendra à tous, en espérant que tu réussiras à prolonger ton allaitement malgré tout (ça fait tellement de bien après le boulot une bonne tétée -pour les deux lol!)

    [Reply]

  • Répondre janvier 25, 2017

    Ciloucr

    Je te comprends.
    J’ai pu profiter du congé parental pour mes enfants et même là je trouve que c’est pas assez avant à partir du 2ème enfant c’était jusqu’à ses 3 ans à répartir entre les 2 parents ou non. Maintenant c’est 1 ans 1/2 par parent (perso mon mari ne peut pas prendre de congé parental il est chef d’entreprise, je l’imagine bien dire à ses employé à dans 1 ans 1/2, je vous laisse je vais m’occuper de ma fille sans parlé de l’indemnisation mais c’est un autre débat.) Je rattaque le boulot début février et c’est dur. Mon bébé a 2 ans et elle ne rentrera à l’école qu’à presque 4 ans (bébé de janvier).
    Courage pour la reprise.
    Bises

    [Reply]

  • Répondre janvier 25, 2017

    Camille Legoline

    C’est dur oui cette reprise qui nous ait imposée bien trop tôt pour certaines d’entre nous… il faudrait vraiment offrir le choix. Nous sommes bcp à ne pas l’avoir… pour ma deuxième et dernière, je voulais prendre 6 mois… mais une naissance compliquée m’a fait changer d’avis… nous avons décidé de se serrer (bcp) la ceinture et j’ai pu reprendre à ses 10 mois… l’idéal serait un mi temps pour moi aussi… mais dans mon job c’est pas facile facile… Profites bien de ton Marlo Chou On le voit s’éveiller de plus en plus au fil des photos … c’est adorable !

    [Reply]

  • Répondre janvier 25, 2017

    Anju

    Profitez bien de ces moments si précieux. Je viens de laisser mon tout petit premier ce lundi.. par « chance » il est né un mois en avance et j’ai pu me faire arreter un mois de plus.. J’ai donc souvent pensé à toutes ces mamans qui ont dû le laisser à 2 mois et demi, ce serait bien d’avoir le choix..

    [Reply]

  • Répondre janvier 30, 2017

    hottois

    Moi également j’ai été tiraillée lorsque j’ai dû reprendre le travail après mes 2 congés de maternité — un double sentiment le plus souvent, entre le contentement de faire autre chose que de pouponner toute la journée sans savoir pourquoi tant de pleurs et la tristesse, la colère de laisser un bébé si petit à une (presqu’) inconnue sans savoir comment ses journées se passaient réellement. Quelle confiance aveugle nous devons placer entre les mains de ces, certes, spécialistes mais néanmoins pas autant experte que nous, et surtout sans autant de temps (6 enfants à temps plein en Belgique pour une personne).
    Et pourtant, je souhaite donner ici un message d’espoir… j’ai allaité ma première fille pendant 13 mois, la seconde pendant 10mois – exclusif jusque 5mois puis les repas aidants en alternance.
    Et indépendante mais travaillant pour quelqu’un, je ne pouvais pas régler mes horaires comme je le voulais, j’avais 8 et 7 semaines de congé payés…. Alors primo j’ai pris l’égal d’un congé de salarié, soit des « congés » non payés donc – 14 puis 16 semaines pour la 2° et secundo, j’ai tiré mon lait 3 fois par jour en courant car juste une pause de ¼ heure pour cela (non payée) et cela à marcher à force de volonté et de persévérance. Bien sûr j’admets qu’il faut le vouloir, que ce n’est pas spécialement agréable mais par contre les retrouvailles le soir et la tétée du matin c’est franchement un bénéfice et des moments précieux qui m’ont permis de tenir et donc de retravailler (presque) sereinement.
    C’est un choix à faire ou pas selon chacune mais c’est possible – la leache leage donne bcp de renseignement sur les conditions de conservation, perso du vendredi au lundi SANS congélation n’a jamais posé de problèmes, je stérilisais le matériel juste une fois par jour et je nettoyais à l’eau chaude entre les coups.
    Je ne regrette pas, ni la fatigue, ni l’abnégation au vu des bénéfices – ces moments précieux avec mes enfants.

    Courage à toutes les mamans, l’important est d’être sereine face aux choix que l’on prend.

    Marie

    [Reply]

  • Répondre janvier 31, 2017

    Mama Twins

    Les photos sont superbes. Profitez bien de ces moments.

    [Reply]

  • Répondre janvier 31, 2017

    La Mère Joie

    J’ouvre le mois dernier mon Modes et Travaux (ça me donne l’illusion d’être manuelle…). Et que lis-je en dessous de ta création : un nom de plus => MARLO. Aurais-je loupé « quelque chose » me dis-je ? Nan mais c’est pas possible, je cherche régulièrement sur ton blog des DIY ! Ah ben c’est ça de ne pas tout lire dans l’ordre… On passe à côté d’une merveilleuse nouvelle ! Je prends ENFIN le temps pour t’en féliciter. Ca me ravit pour toi. ♥

    [Reply]

  • Répondre février 2, 2017

    Claire

    Il est possible d’allaiter même en ayant repris le travail !!!
    Et sans tire-lait … ouf !
    Avant la reprise du boulot, on s’est calé, les jumeaux (5 mois), sur une tétée le matin, l’autre le soir et ça a fonctionné pendant quasi 1 an. Ce sont eux qui se sont arrêtés de téter doucement … sevrage à la demande des bébés (super pour eux) un peu de tristesse pour moi de stopper l’allaitement, mais l’aventure a été chouette :18 mois d’ « open bar nibar »

    [Reply]

  • Répondre février 21, 2017

    Maricha

    Oui il faut vraiment profiter de chaque instant… J’ai démissionné (enfin j’ai eu la chance de pouvoir faire une rupture à l’amiable) car l’idée de reprendre le travail à ses 2 mois et demi était beaucoup trop difficile… j’aurai du reprendre le 2 janvier, l’horreur… On espère pouvoir tenir financièrement, mais je préfère me priver de tout et profiter avec mon bambin que de me séparer de lui… Après chacun fait comme il peut et le ressent! Mais ce sont des moment si précieux et si court… ❤

    [Reply]

Leave a Reply

Notify via Email Only if someone replies to My Comment